Patrimoine

Photo cabane de patira

La Cabane de Patira

Elle se trouve au cœur de la forêt. Son nom fait référence au roman Patira écrit en
1875 par Raoul de Navery. Le roman est basé sur une vieille légende circulant au sujet
des secrets du château de Coëtquen. Il se déroule dans ce château et l’Abbaye de Léhon,
et raconte l’histoire de Blanche, épouse du marquis de Coëtquen, enlevée à son époux,
emprisonnée par ses beaux-frères qui la laissèrent pour morte ; l’ orphelin Patira découvrira
la vérité, et tentera de renverser le destin …


Photo allées couverte la maison des fées

Allée couverte de la maison des fées

Il s’agit d’une chambre funéraire de 14 mètres de long, 2,30m de
largeur et 1,30m de hauteur, composée de 41 pierres entre 5 et 40
tonnes, dont huit tables de recouvrement, provenant des environs très
proches. Elle semble datée d’environ 2 000 ans av JC.


photo le Rocher Durand

Le Rocher Durand

Le rocher Durand, se trouve sur une butte au sud de la forêt de Coëtquen. C’est un
amas granitique. Situé dans une zone boisée humide, les blocs dispersés sur le
site servent de support aux mousses et aux lichens, ce qui procure une ambiance
à la saveur de légende celtique. C’est le point culminant de la forêt de Coëtquen
(85 m )


Photo motte féodale coetquen

La Motte Féodale

La motte féodale est située à proximité de la lisière nord de la forêt de Coëtquen. De
forme elliptique, elle possédait autrefois des fossés de 5 à 7 mètres de large et de 4
à 5 mètres de profondeur, remplis à l’origine par le ruisseau de la Chesnais. Le
terrain sur lequel était édifié le donjon faisait environ 30 mètres de diamètre.
Au 9 éme siècle, les vikings pillèrent la région, incendièrent la motte et s’installèrent
à Saint Suliac dans l’estuaire de La Rance.
Au 12 ème siècle la motte féodale fut abandonnée au profit du nouveau château de
Coëtquen. Aujourd’hui, il reste la motte de terre.


Dessin chateau Coetquen

Le Château de Coëtquen

Il est situé à la lisière nord de la forêt, juste à quelques centaines de
mètres de l’ancienne motte féodale.
Coëtquen : Coet guen ou bois blanc, ainsi appelé à cause des bouleaux
qui la garnissaient principalement.
Le château était au confluent des deux ruisseaux de la Chénaye et de
la Rouvraye et avait le pied baigné par un étang considérable qui
alimentait les douves et est aujourd’hui transformé en vaste prairie.
Il fût bâti en pierre au 12 ème siècle. Il contrôla l’unique route
conduisant à Rennes. Ce château, berceau de l’illustre famille de
Coëtquen, a servi le duché de Bretagne comme le royaume de France.
En 1875, le château sert de cadre au roman  » Patira « de Raoul de
Navery, pseudonyme d’Eugén


photo Chateau de Miniac

Château de Miniac Morvan

Château de Miniac Morvan (15 ème , 17 et 18 ème siècles)
Ultime berceau de la famille de Miniac, (autrefois Méniac), le château est
édifié sur les restes d’une motte féodale, probablement construite autour
de l’an 1 000 . Au 14 ème siècle, le château appartint à la famille Quebriac,
puis aux Mauny, Seigneurs de Lesnen et cousins de Bertrand Du
Guesclin. La Malouinière actuelle fut édifiée en 1749.

photo Moulin du Prat

Le Moulin du Prat

Le moulin du Prat est un ancien moulin à marée, construit au XVe siècle. Il est l’un des plus anciens moulins à marée de la région. Jusqu’à la Révolution française, les habitants venaient y moudre leurs céréales. Au 19e siècle, ses deux roues à aubes faisaient tourner trois paires de meules. Elles utilisaient la force de la marée : une retenue d’eau à proximité du moulin se remplissait à la marée montante, puis se déversait dans la Rance à marée descendante. En se combinant à la force du courant de jusant, l’eau permettait de mettre en mouvement la roue, reliée aux meules. Laissé à l’abandon à partir de 1920, le moulin a été entièrement restauré il y a dix ans.

Léhon

Léhon a prospéré grâce à son abbaye dédiée à Saint-Magloire fondée en 850 sur les bords de la Rance par Nominoë, premier roi d’une Bretagne unifiée.Le village est composé de maisons du XVIIème siècle en pierre et son petit pont enjambant la Rance est un vrai décor de carte postale.
Sur un éperon rocheux se trouve les ruines du château de Léhon. Il devait défendre l’entrée de la Vallée de la Rance. Il est mentionné pour la première fois dans l’Histoire en 1034.